Accueil
La compagnie
Projets
Créations
Ateliers et stages
Partenaires
Contact
Facebook

Créations

J’AI DIT… SILENCE

J’AI DIT… SILENCE

« Finalement je me suis jetée à l’eau, persuadée que toute personne de bonne foi qui chercherait à faire son propre « examen d’identité » ne tarderait pas à découvrir qu’elle est, tout autant que moi, un cas particulier. L’humanité entière n’est faite que de cas particuliers, la vie est créatrice de différence et s’il y a reproduction, ce n’est jamais à l’identique. » Identités meurtrières, Amin Maalouf.

J’ai dit… Silence : un puzzle

J’ai dit… Silence est parti d’une envie de retourner sur les traces d’une histoire racontée en fragments, difficilement perceptible. Une envie de recoller les morceaux de plusieurs histoires intimes avec pour intuition qu’elles conditionnent notre manière de vivre ensemble aujourd’hui.

C’est le désir de redonner à la transmission son importance dans la construction de soi. Une envie de briser le silence entre les générations… Faire une introspection, l’examen d’identité de chacun, l’examen de conscience d’un pays…

On tente de reconstruire sur le plateau des bribes d’un passé qui nous échappe pour mieux comprendre « aujourd’hui ».

Nous avons tous une histoire avec l’immigration

Nous sommes un collectif de jeunes artistes (comédiens, vidéastes et musiciens) originaires de plusieurs régions de France et de l’étranger (Bourgogne, Mayenne, Monaco, Caen, Paris, Fès, Londres, Dakar, Mouzaia et Hadjout en Algérie…).

Dans notre travail nous cherchons à créer des ponts entre les histoires d’immigration d’hier et la France métissée d’aujourd’hui dans toute sa beauté et complexité. Si chaque personne d’origine étrangère se construit une identité multiple, chaque citoyen aussi… Nous avons tous une histoire avec l’immigration en France parce qu’elle est omniprésente.

Le spectacle se construit à partir de propositions d’acteurs qui inventent à chaque étape de travail la manière de transformer la matière-source faites d’un corpus de textes, d’interviews et d’archives en écriture scéniques. Chaque « acteur-narrateur » travaille à la construction d'un « personnage-témoin »  qui jongle avec ces fragments d'histoires individuelles et en fait une mosaïque.

Extrait d’interview de Hassane, 67 ans

 « Quand ils ont commencé à recruter notre génération en 69, ils ont recruté des jeunes qui savent lire et écrire le français, au moins niveau CAP parce que les autres qui sont partis avant nous, ils étaient pour beaucoup analphabètes… Ils ne lisaient pas dans les toilettes « Bougnoules rentrez chez vous » ou « La France aux Français ».

Parce qu’à l’époque on arrivait à Argenteuil, où il y avait déjà pas mal de racisme… mais écoutez je ne comprends pas… je suis venu dans un pays… avec le temps… j’ai compris… je suis venu six ans après la guerre d’Algérie, non sept ans. La haine était encore installée… la guerre d’Algérie n’était pas loin.

Alors nous quand on allait à l’usine, c’était pas comme maintenant, maintenant c’est le contraire, maintenant c’est les gars de banlieue d’origine maghrébine qui font les cons, à l’époque on avait peur quoi d’être seul. On marchait avec trois ou quatre personnes, pour faire des économies de bus, on allait à pied d’Argenteuil, jusqu’à Asnières-Gennevilliers à pied, en traversant le pont d’Argenteuil en passant par Colombes, et puis de temps en temps, on entend, on écoute RATON, RATON ; BOUGNOULE… parce qu’on allait en groupe, pour être en sécurité quoi ».

 

Distribution :

Création Collective de la Compagnie CK-POINTS

Porteur du projet : Linda Fahssis

De et par : Hélène Capelle, Chawki Derbel, Linda Fahssis, Anita Traoré et Alice Thalamy.

Installation et création Vidéo : Jibbé Poggi

Collaboration danse : Flora Rogeboz

Musique : Anita Traoré

 

Le projet est soutenu et a fait l'objet de résidences au Collège des Bernardins, au Centquatre-Paris, à l’Institut Français du Maroc et au Point Éphémère.